Le Club des lo(o)seurs

Mon club de losers comportait 3 personnes jusqu'a l'annee derniere (un s'est marie le lacheur). Je parle ici de ma vie d'expat trentenaire (mon dieu.. bientot quadra) solo avec un chat :-)

16 juin 2008

A la demande yenerale….

mexican_sombrero_scout_dog_modelEl Sombrero!

Ok donc c’était pas à la demande générale mais à la demande de Parvati, c’est déjà ça !

Pourquoi est ce que les citations en début de (au milieu et à la fin aussi d’ailleurs) discours me foutent les nerfs en pelote. J’en ai parlé et j’ai moi-même utilisé des citation et .

Bon, reprenons du début. Mon oncle est un homme important. Il est maintenant à la retraite mais il a eu plusieurs postes administratif et même reçu un ruban pas quelconque. Donc mon oncle est un homme important et pas dénué de neurones. Un jour où il me faisait part de son expérience en tant qu’homme important, il m’a dit, je ne cite pas parce que je me souviens pas exactement de comment il a tourné ça…

Je dois tout à Mme Trucmuche (les noms on été changes pour protéger les innocents) qui m’a aide à faire mon premier discours. Elle m’a dit qu’il fallait toujours commencer un discours par une citation. Je me souviens encore du discours qu’elle m’a aide à écrire….

Apres avoir lutte vaillamment contre la nausée soudaine qui m’a envahie à l’évocation des citations je lui ai demandé quelques précisions sur pourquoi cela lui paraissait important. Il m’a simplement répondu que si on ne faisait pas ca on paraissait inculte et arrogant.

Inculte et arrogant, ouaip, c’est moi.

En fait j’ai un peu l’impression qu’il n’a jamais remis en cause la formule. Il a fait son premier discours ça a bien fonctionné et puis tous les autres discours qu’il a entendu étaient comme ca alors….

La question est… Pourquoi es ce que cela fonctionne ? Quels sont les effets sur l’audience… (C’est à ce moment là qu’une citation serait utile… mais j’en ai pas alors vous aurez juste mon avis)

Un effet fédérateur ? En général lorsque j’entends une citation (et qu’elle est correctement attribuée) je suis soulagée d’en connaitre l’auteur. J’imagine que je ne suis pas la seule. Plus l’auteur est obscur plus l’effet de corps est fort. Par exemple notre cher Auguste Forel est probablement un complet inconnu pour la plupart d’entre nous, cependant un myrmecologue (toujours un anglicisme ça…) averti reconnaitra le cité et se sentira tout de suite plus concerné par la suite du discours.

Un effet d’exonération ? Pour l’audience n’est il pas plus facile d’être du même avis qu’Einstein plutôt que de l’avis de Monsieur Pov’abrutit qui vous parle ? L’orateur peut complètement se refugier derrière l’idée d’un grand homme. Pour peu que l’on reconnaisse le cité comme une personne respectée le discours à plus de poids.

Un effet de validation ? Si Machin l’a dit alors pour sûr… Ca ne peut être que vrai. C’est sur que débattre sur l’imbécilité d’une réflexion de Kant par exemple peut se révéler un exercice ardu… C’est que pour être aussi connu, reconnu, respecte par les intellectuels de son temps et des temps postérieurs il a bien du ne pas dire que des âneries ce monsieur…

Ok donc, il y a une réflexion sous-jacente à cette manie de foutre des citations partout, bon je cite trois effets évident, qu’en pensez vous vous ? Vous en voyez plein d’autres de raisons de faire ça ?

Bon maintenant, force m’est de constater qu’il y a des points positifs à parsemer ses discours de citations, mais pourquoi es ce que cela me hérisse autant ?

D’abord parce que en général les citations ne sont pas correctement attribuées.

Je m’explique… « Tout ce qui ne vous tue pas vous rends plus fort » Ok, très joli sauf que tous le monde l’utilise avec des traductions variées mais au départ c’était « Was mich nicht umbringt, mach mich Starker » (Friedrich Nietzsche, Gotzendammerung 1889, en parlant de l’enseignement militaire de la vie).

Je ne suis pas traductrice mais par contre pour parler le Français et l’Anglais couramment je peux vous dire qu’il est extrêmement fréquent de perdre les sous entendus, de plus il est quasiment impossible de traduire l’imagerie culturelle associée aux mots. Je ne suis pas linguiste non plus mais franchement j’ai quand même bien l’impression qu’une langue et la manière de s’exprimer dans celle-ci est une réflexion des valeurs de la culture qui l’a développée.

Enfin moi je dis ca je dis rien….

Comme donc les citations sont mal attribuées et que souvent la traduction, même bonne, ne peut rendre que les idées principales de la phrase, il deviens possible d’attribuer n’importe quoi a n’importe qui. En prenant une phrase isolée dans un corps d’ouvrage sans donner ni l’ouvrage d’où elle est tirée ni le contexte l’interprétation prime. L’interprétation de l’orateur, pas du cité. Et oui, paf, il bénéficie du poids du cité et lui fait dire ce qu’il veux. Comme en plus, en général, le cité est mort c’est plus simple Donc bon l’effet d’une citation du coup, ne peut être positif que lorsque la citation est clairement référencée et le contexte détaillé… Cela arrive quelques fois, bénissons les gens cultivés, mais en général…. Ce n’est pas là, parce que dans les dictionnaires de citations on ne retrouve pas le contexte.

Ensuite parce que dans beaucoup de cas les orateur n’ont jamais lu l’œuvre originale. Enfin du moins c’est mon hypothèse. Parce que je suis célibataire, sans enfant et j’habite dans une ville ou je n’ai que très peu d’amis donc j’ai beaucoup de temps libre. Je passe une bonne parte de ce temps libre à lire. Et je peux vous dire que la plupart des citations que je pourrais employer viennent soit d’un autre orateur, soit du net. Donc les orateurs n’ont pas lu le contexte de la citation, ni même assez souvent le œuvres du cite. Mais ils en tirent de la crédibilité. Ils « font comme si » en gros. Comme s’ils étaient beaucoup plus cultivés que vous et qu’ils avaient eu le temps de lire tout ca alors que vous, pauvres mortels incultes, vous regardez la start ac’. En le prenant comme ca c’est qui l’arrogant inculte ? D’ailleurs les citations ça fait un peu colonialiste…

Finalement lorsque j’écoute quelqu’un parler c’est que j’ai envie de savoir ses pensées, ses idées, ses opinions. S’il se ‘cache’ derrière une citation trouvée dans un dico de citation, ben… Ca m’aide pas à cerner le zozo vous voyez ? L’individu dans ce magma pseudo intello il est ou ?

Et puis…

Si j’avais envie de savoir ce que Kant pense… Je le googeliserais le Kant… J’ai pas besoin qu’un pekin me l’explique alors que lui-même ne l’a jamais lu.

Oder ?

Illustration volée a http://www.cciarizona.org/images/mexican_sombrero_scout_dog_model.jpg

Posté par Quietlaugh à 11:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Je suis flattée de t'avoir inspiré un post aussi long et détaillé
    J'abonde dans ton sens.
    Je pense aussi que la citation est une forme d'inculture, le citeur se sent dédouané de la nécessité de lire l'oeuvre du cité.

    Tu as certainement remarqué à quel point les américains étaient friands de citations et qu'ils en ponctuaient leurs discours et leurs déclarations.
    La conseillère de ton oncle était-elle américaine?

    Posté par Parvati, 17 juin 2008 à 17:15
  • Ooooohhhhh Noooon!

    Tu sais quoi?
    J'ai vécu 9 ans aux US et je suis maintenant américaine

    En fait après 9 ans la bas j'ai pas vraiment note une propension particulière à utiliser des citations (à part chez les politiques, mais comme personne n’écoute ce qu’ils disent…). En fait mon prof d’université la bas écris dans ses notes pour futurs thésards : "If you don't do a full citation please refrain from citing" et ce qu’il entend par ‘full citation’ c’est : la phrase, l’auteur, le livre, l’édition et la page. Ca décourage bien de citer ce truc la.
    Par contre en rentrant en France je me suis retrouvée dans le milieu universitaire et j'ai bien note ce cote... irritant.
    La conseillère de mon oncle est... très très très Française. Un peu comme dans les préjugés sur la France...

    Ceci dit... Merci d'avoir lu toute la note... Diantre!

    Posté par Quietlaugh, 17 juin 2008 à 17:26
  • Ce qui m'a fait dire ça ce ne sont pas les américains que je cotoie mais plutôt impression tirée, tirée... d'on ne sait où ! Tu vois maintenant que j'y réfléchis je me demande d'où ça me vient peut-être de certains bouquins ou de l'éducation QCM, mais là encore c'est sûrement un préjugé !
    Cela dit je ne voulais pas froisser ton américanité.

    Posté par Parvati, 17 juin 2008 à 17:59
  • Mais au contraire!

    Froisse froisse ca me fais beaucoup de bien
    Finalement je suis peut etre tombee sur un prof particulierement bon. Et puis j'ai pas non plus la connaissance universelle, malheureusement, snif.

    Posté par Quietlaugh, 17 juin 2008 à 18:31
  • Je ne te souhaite pas la connaissance universelle, sans quoi tu n'aurais plus cette curiosité qui te caractérise

    Posté par Parvati, 17 juin 2008 à 21:12
  • Diantre bis!

    Tu a raison....
    De plus on dit toujours les imbecilles heureux....

    Posté par Quietlaugh, 18 juin 2008 à 09:56

Poster un commentaire