Le Club des lo(o)seurs

Mon club de losers comportait 3 personnes jusqu'a l'annee derniere (un s'est marie le lacheur). Je parle ici de ma vie d'expat trentenaire (mon dieu.. bientot quadra) solo avec un chat :-)

01 octobre 2008

Les entreprises ne sont pas là pour faire de la philanthropie.

engrenageEt…

Mon banquier me saoule….

Billet en deux temps donc…

Parce que au départ je voulais vous parler des recherches qui mènent sur mon blog mais en fait c’est pas drôle (50-50 cartagène-charybdes et une ‘robe du soir 14 ans’ visiblement égarée) donc du coup vous voila en plein dans mon coup de gueule du moment.

Je sais je râle beaucoup. Je pensais que ca faisait partie de mon charme mais à l'évidence… non. C’est pas charmant.

Je reviens à mes fiévreux aphteux.

Le concept d’entreprise citoyenne me hérisse.

Selon les journaux (et non selon moi car je suis suffisamment ‘low on the food chain’ pour n’avoir AUCUNE information pertinente à ce sujet) l’entreprise pour laquelle je travaille serait au bord de l’insolvabilité.

En gros seul un miracle pourrait la sauver (je répète, je n’ai aucune information réelle à ce sujet je suis seulement en train de faire circuler la même rumeur que font circuler les journaux spécialises.)

Il y a 6 mois l’entreprise a annoncé un plan social de 10%. Depuis nous avons annoncé des pertes faramineuses (les pertes justifiant le plan social).

Lors de l’annonce du plan social les PTB (Power That Be) se sont excusés de devoir se séparer de certains d’entre nous. Et cela a pris 6 mois de négociations pour finalement publier la liste des personnes affectées après négociations avec les syndicats variés.

6 mois.

Et des pertes faramineuses.

En gros ces 6 mois risquent de couter à l’entreprise son existence.

Ces négociations contribuent à l’insolvabilité.

Je hais les syndicats.

Désolée… Je sais ce n’est pas populaire comme position. Oui l’action sociale nous a apporté les congés payés, la représentation ouvrière au niveau du patronat. Oui c’est très bien. Mais aujourd’hui ils tuent l’entreprise. Point.

Reprenons les bases. Le boulot de l’entreprise est de faire de l’argent. Si l’entreprise ne gagne pas d’argent elle ne peut pas investir, si elle ne peut pas investir elle ne peut pas produire si elle ne peut pas produire elle fait faillite. Si elle fait faillite TOUS ses employés sont à la rue. Pas 10%, pas 30%, 100%.

Alors, nous avons de la chance, en Europe il y a quasi toujours un plan de support de la région, de l’état etc etc… Sauf que… D’où viens l’argent ? Du contribuable et des entreprises de la région.

Moi j’y vois comme un problème. Vous ?

Dernièrement j’ai aussi entendu des truc du genre ‘après tout ce que j’ai sacrifie pour cette entreprise, tout le temps que j’y ai passé elle me doit bien ca’. Pendant tout ce temps là l’entreprise vous a versé un salaire. C’est la seule chose que l’entreprise vous doit. Rémunération pour votre travail (présent, ni passe ni futur… présent) . L’entreprise n’est pas là pour vous distraire. C’est une structure impersonnelle qui est la pour faire de l’argent.

Enfin moi je dis ca je dis rien…

D’ailleurs si vous n’aimez pas la politique de l’entreprise ne consommez pas. C’est le moyen le plus efficace. Vous voulez que des emplois restent en Europe dans la production ? Achetez européen. Frappez-la où ca fait mail. Vous en avez marre de la tele réalité ? Arrêtez de la regarder et d’en parler. Sans annonceurs ca n’existera plus.

En parlant de syndicats… Ca me fait penser à une discussion que j’ai eue avec un employé de la RATP lorsque je suis rentrée en France en 2003. J’attendais pour souscrire à une carte intégrale (enfin un pass navigo) et ce monsieur (en civil) me dit après quelques minutes de discussion « ils nous ont supprimé le droit de grève ».

Apres avoir calme mon outrage j’ai répondu « Mais comment ? Mais c’est pas possible c’est horrible ! Comment est ce possible le droit de grève est inscrit dans la constitution ! » (il se trouve que c’est le maintien de la rémunération pendant les grèves et le concept de service minimum qui étaient en cause)

Le monsieur a alors continue en m’expliquant que ca n’était plus possible de faire de grève tournante. (bon je vais pas parler de grève du zèle parce que ca m’énerve encore plus)

Sauf que… la grève tournante est interdite depuis 1963 à toujours été interdite. Et que le maintien de salaire en temps de grève ne fait pas partie du droit de grève. C’est un privilège…

Ce monsieur était mal informé. Les syndicats avaient juste omis de l’informer. Omis ou négligé ?

Je hais les syndicats.

Mon banquier me saoule. Sous prétexte que j’ai un peu d’argent sur mon compte chèque il me harcelle (il passe même par me mère pour vous dire le niveau) pour que je les dépose sur mon compte sur livret. Et bien monsieur vous me gonflez. Sur mon compte chèque mon argent est assuré, garanti. Et tant que je ne sais pas la structure d’assurance du compte sur livret et que je sais pas si votre banque va survivre ils resteront là ces sous. Point barre et rentre à la niche.

Merde alors si on peut pas ne pas gagner d’argent si on veut pas….

Posté par Quietlaugh à 11:41 - Ca m'énerve ca - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire