Le Club des lo(o)seurs

Mon club de losers comportait 3 personnes jusqu'a l'annee derniere (un s'est marie le lacheur). Je parle ici de ma vie d'expat trentenaire (mon dieu.. bientot quadra) solo avec un chat :-)

04 janvier 2008

La spécialisation est l’apanage des insectes

Abeilles_sur_cadre_necta

Il est des citations qui me restent mémoire. 

La première que j’ai retenue est un extrait d’un livre de Joseph Kessel : « Pour tous les hommes la mort reste un grand étonnement ». Je cite de mémoire puisque depuis que je l’ai griffonnée sur un morceau de papier je ne l’ai plus retrouvée. Je ne me souviens plus exactement de pourquoi cette phase m’a particulièrement marquée mais je me souviens de l’impression de vérité totale que j’ai ressenti quand je l’ai vu. Une de mes dernières est « l’humour est la politesse du désespoir » (a ne pas confondre avec « l’humour noir c’est la politesse du désespoir » de Achille Chavée) qui a été attribuée à Oscar Wild, Georges Duhamel, Boris Vian et même Luigi Pirandello selon les citeurs. Celle là je me souviens bien de quand je l’ai entendue… à la télévision dans une interview d’acteur. Je me souviens qu’à l’époque je me battais avec mes démons habituels et je faisais bien rire tout le monde avec mes blagues….

Aujourd’hui j’ai découvert une nouvelle citation : “A human being should be able to change a diaper, plan an invasion, butcher a hog, conn a ship, design a building, write a sonnet, balance accounts, build a wall, set a bone, comfort the dying, take orders, give orders, cooperate, act alone, solve equations, analyze a new problem, pitch manure, program a computer, cook a tasty meal, fight efficiently, die gallantly. Specialization is for insects.” — Time enough for love: the lives of Lazarus long Robert A. Heinlein. Ma traduction étant : Un home devrais être capable de changer une couche, organiser une invasion, dépecer un cochon, diriger un vaisseau, concevoir un immeuble, écrire un sonnet, faire ses comptes, construire un mur, réduire une fracture, réconforter un mourant, recevoir des ordres, donner des ordres, coopérer, agir seul, résoudre des équations, analyser un problème nouveau, transporter du fumier, programmer un ordinateur, cuisiner un bon diner, se battre efficacement, mourir élégamment. La spécialisation est l’apanage des insectes.

Aujourd’hui la plupart d’entre nous se satisfait de ne faire que ce qu’ils savent faire. « Je suis ingénieur alors l’art… », « Je ne sais pas comment bricoler » « Je ne peux pas cuisiner ». Je ne comprends pas, en fait même cette attitude m’énerve. Je ne comprends même pas qu’on puisse se satisfaire de ca. Sous prétexte que la plupart d’entre nous n’aurons jamais besoin de tuer et dépecer un cochon ne devrais pas nous empêcher de savoir comment le faire et d’être capable de le faire. Pourquoi devrions-nous nous limiter à ce qui est le plus facile ? Je ne serais jamais championne olympique dans une quelconque catégorie, je n’aurais jamais de prix Nobel, et je ne serais jamais une actrice connue, devrais je ne jamais nager, réfléchir, ou jouer dans une pièce de théâtre locale ? Je n’aime pas les limites arbitraires. Je n’aime pas quand mon entourage me dit « Tu ne peux pas faire ca, à ton âge, etc.… etc.… ».

On me demande souvent ce qui m’attire chez les hommes avec qui je sors. Je réponds invariablement que j’aime mes hommes intelligents. Je mens, J’aime que les gens autour de moi me croient capable de tout faire. Encore mieux, j’aime qu’ils se sachent capable de tout faire. Parce que choisir de ne pas faire quelque chose est un choix, se croire incapable de le faire c’est admettre une limite qui n’existe pas. Ca, pour moi c'est le comble de l'idiotie

Posté par Quietlaugh à 13:48 - Ca m'énerve ca - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire